Le mot de Guy Teissier, Président de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées à l'Assemblée nationale


Toulouse nous fait l’honneur et le plaisir de nous accueillir cette année pour la 5ème édition de notre Université d’été. Ville-phare de notre industrie aéronautique et spatiale, civile et militaire, elle est un des symboles les plus marquants de l’innovation et de l’excellence françaises. Le changement et l’adaptation, nous y sommes aussi, dans une dynamique indispensable pour notre défense. Après une période particulièrement riche en évènements, notamment politiques, une nouvelle séquence s’ouvre depuis quelques semaines.

Sous l’impulsion du nouveau chef des armées, la réflexion s’engage sur l’état de notre outil militaire, mais aussi et surtout, sur ce qu’il doit devenir pour répondre aux nouveaux défis auxquels notre pays va faire face. Livre Blanc et nouvelle loi de programmation militaire seront fondés sur cette exigence et cette attente, qui portent autant sur la condition de nos militaires que sur les équipements dont ils auront besoin pour assurer leurs missions. Pour cet ensemble de raisons, j’ai voulu que nos réflexions portent cette année sur le thème « Nouvel avenir, nouveaux concepts ». Elles doivent être notre contribution à la période exaltante, mais difficile qui s’ouvre devant nous. Je souhaite que ce soit pour chacun l’occasion de formuler une critique lucide du passé et d’exprimer ses attentes pour l’avenir, dans un esprit de responsabilité.

Nos amis européens, qui nous honorent de leur présence en grand nombre, pourront y trouver toute leur place puisqu’ils seront associés à l’élaboration de notre Livre Blanc. Je leur souhaite donc la bienvenue, certain qu’ils viendront, une fois encore, enrichir nos débats.

C’est mon voeu le plus cher à l’aube de cette XIIIème législature. Honoré par la confiance que m’ont renouvelée mes collègues de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées de l’Assemblée nationale, je souhaite que la poursuite de notre rencontre annuelle soit le signe avant-coureur du nouvel élan que je veux donner à mon action. J’aurai le plaisir d’y développer les principales orientations qui vont structurer l’exercice de ma responsabilité dans les années à venir. Le renforcement de la fonction de contrôle du parlement sera la première d’entre elles, dans la continuité de ce que j’ai déjà entrepris, et dans l’esprit de réforme des institutions voulu par le Président de la République. Le soutien de notre industrie d’armement, dans ses coopérations industrielles en Europe, comme dans ses exportations mondiales et la poursuite de ses contrats nationaux, constitue pour moi une autre priorité. Enfin, la détermination d’une véritable politique européenne de défense, inscrite dans la sécurité globale de notre continent, me semble indispensable pour que reprenne la marche en avant de notre ambition commune.

C’est à l’ensemble de ces problématiques, situées dans la perspective de 2025, que nous vous invitons avec Serge Vinçon et l’ensemble des parlementaires, à réfléchir au cours de nos deux journées toulousaines.


Le mot de Serge Vinçon, Président de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat


Depuis leur lancement en 2003 par la Commission de la Défense nationale et des Forces armées de l’Assemblée nationale et son président, Guy Teissier, les universités d’été de la défense se sont imposées comme un rendez-vous très attendu au cours duquel parlementaires français et européens, responsables du ministère de la défense et industriels échangent en toute liberté et dans un cadre bien structuré, sur les grands enjeux de notre politique de défense.

Je remercie chaleureusement le Président Guy Teissier qui a pris l’initiative, pour cette cinquième édition, d’associer la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat désormais co-organisatrice de l’événement.

J’y vois la traduction de la volonté d’impliquer plus fortement le Parlement, dans son ensemble, dans les questions de défense, à un moment où se prépare une nouvelle et importante étape d’adaptation de notre outil militaire au contexte géostratégique.

Cette cinquième Université d’été coïncide en effet avec l’ouverture d’une période d’analyse et de réflexion particulièrement dense, qui verra l’élaboration d’un nouveau Livre blanc puis celle de la prochaine loi de programmation militaire.

Le Livre blanc de 1994 avait tiré les premières conséquences de la fin de la guerre froide. Depuis lors, l’environnement international comme les risques et les menaces ont fortement évolué. Nos forces et celles de nos alliés ont été engagées dans des opérations dont il convient de tirer tous les enseignements. Enfin, alors que la modernisation de nos capacités militaires est loin d’être achevée, il faudra lui assigner une nouvelle feuille de route pour les quinze ou vingt prochaines années, en tenant compte des réalités d’un monde qui n’est pas devenu plus sûr, des ambitions que nous souhaitons pour notre pays et pour l’Europe, et des moyens que nous sommes prêts à consacrer à notre défense.

Notre Université d’été offre une première occasion d’identifier les grands enjeux.

En remerciant vivement la ville de Toulouse, qui nous accueille, ainsi que les établissements et sociétés du secteur spatial, qui illustrent l’excellence scientifique, technologique et industrielle dans un domaine crucial pour notre avenir, je forme le vœu que nos travaux soient riches, fructueux et utiles, dans la perspective du débat national qui s’amorce.