Visite de l'usine Dassault de Mérignac

Pour tenir la cadence de trois avions par mois, Marcel Dassault lance en 1949 la construction, à Mérignac, d’un vaste bâtiment. En un an seulement, la «Grande Usine» est édifiée avec 12.000 m² consacrés à la première grande production série. Véritable point d’ancrage du site, ce hall accueille, depuis plus de 60 ans, la production des avions militaires. Au fil des années, d’autres bâtiments sont venus augmenter la capacité de production de l’établissement.

Les bâtiments, construits au fur et à mesure des programmes, servent par la suite à assembler : Ouragan, Mystère IV, Super Mystère B2, Etendard, Mirage III, Mirage IV, Super Etendard, Mirage F1, ATL, Mirage 2000 et enfin Rafale ainsi que toute la série des avions civils (sauf le Mercure). Ces sept bâtiments sont désignés par A, B, C, etc.. jusqu’à G dans l’ordre de leur édification.

Établissement de montage général, Mérignac ne comprend à ses débuts que très peu de machines-outils. Celles-ci arrivent vers les années 1955/1960 avec la décision de fabriquer des prototypes, des préséries puis d’assurer l’entretien majeur d’avions de l’armée de l’Air. Les bâtiments se composent toujours d’un vaste hall avec de larges portes donnant accès aux pistes de l’aéroport.

Une usine « livrancière »

Cet ensemble aura permis,en 53 ans d’activité, de livrer plus de 7000 avions neufs dont plus de 1600 Falcon. L’établissement, voué à l’assemblage final et aux essais en réception et à la livraison des avions aux clients civils et militaires, est aujourd’hui le seul site de production où il est possible de voir tous les avions complets d’où l’appellation « d’usine livrancière ».
La livraison du nouveau bâtiment Falcon en septembre 2003, dans la continuité de l’esprit inculqué par Marcel Dassault, permettra d’accueillir les productions futures, entre autres le 7X.

Depuis près d’un demi-siècle, entrepreneurs, dirigeants de grandes entreprises et gouvernements utilisent tous les jours le Falcon. Les raisons de ce succès : des performances exceptionnelles, un confort inégalé, une efficacité opérationnelle optimisée, le tout avec une faible consommation de carburant. Aujourd’hui, plusieurs types d’appareils composent une gamme très complète ;Falcon 2000, Falcon 900 et Falcon 7X se déclinant en plusieurs versions. Le Falcon est un avion d’affaires permettant de voyager rapidement et confortablement avec toutes les capacités d’un véritable bureau high-tech. Il vole au dessus des lignes commerciales et, selon les versions, peut parcourir de 7.400 à 11.000 km. Le dernier né, le Falcon 7X, est le premier avion d’affaires équipé de commandes de vol électriques / numériques issues du savoir-faire acquis sur Mirage et Rafale

Le Rafale
Le Rafale est un avion de combat omnirôle. Polyvalent, il est capable de remplir en une seule mission tous les rôles dévolus à un avion de combat : actions de supériorité aérienne, de défense, mais aussi de reconnaissance, de pénétration à basse altitude, d’attaque de surface (sol ou mer) et de dissuasion nucléaire.

Il existe trois versions du Rafale : monoplace pour la Marine, monoplace et biplace pour l’Armée de l’air. La conception aérodynamique du Rafale permet, grâce à son aile Delta et aux « canards » (petites ailes mobiles situées devant la voilure), d’avoir une portance optimale. Le système de commande de vol électrique/numérique, conçu et produit par Dassault, confère à cet avion une manoeuvrabilité sans précédent. Le Rafale dispose aussi de systèmes de détection, de brouillage et de leurrage éléctromagnétique et infrarouge. Il est capable de transporter 9.5 tonnes de charges (armement, réservoirs, pods...). Il peut, grâce au dialogue entre tous les systèmes de l’avion et aux informations échangées automatiquement avec d’autres vecteurs (avions de reconnaissance ou tactique, centre de commandement, éléments mobiles terrestres...), remplir en un seul vol diverses missions.

À Mérignac, la chaîne de production militaire a en charge l’assemblage final des Rafale. Les essais sol et vol effectués sur notre site, visent à attester de la conformité de l’avion jusqu’à la livraison finale au client.

Sur la chaîne de production Rafale, la première étape consiste à assembler les éléments de structure : voilure, fuselage, dérive, verrière.... En suivant, les moteurs, les calculateurs, les visualisations en poste cabine... seront installés.

À l’issue de cette première étape, les techniciens avions démarrent les essais au sol afin de vérifier la conformité des systèmes avionnés : hydraulique, électrique, carburant, commande de vol, navigation... Cette phase d’essais, réalisés par du personnel certifié, se termine par un point fixe durant lequel les systèmes sont essayés avec les moteurs tournants. Ces tests sont fondamentaux, car ils sont les plus représentatifs du fonctionnement en vol.

Afin de respecter les exigences environnementales de bruit, le point fixe du Rafale se déroule dans un bâtiment dédié. Le suivi du point fixe est effectué à partir d’une salle de contrôle dans laquelle des spécialistes systèmes analysent tous les paramètres grâce à un banc de test relié à l’avion. À l’issue du point fixe, le Rafale passe en visite de sécurité, pour un dernier contrôle des fonctions cruciales avant son tout premier vol. Durant toutes ces étapes, différents spécialistes interviennent afin de certifier la conformité de l’avion avec sa définition.