Général d’armée François Lecointre, Chef d’état-major des armées

Pierre de Villiers, Chef d'état-major des Armées
« Cinq ans pour la défense : menaces, ambitions, moyens ». Tel est le thème choisi pour notre Université d'été de la Défense.
C'est bien en ces termes que se pose le défi qu'il nous faut collectivement relever ; un défi de mise en cohérence pour permettre à nos armées de se projeter vers l'avenir. Cinq ans ! Le temps est compté ; c'est celui de la prochaine Loi de programmation militaire.
 
Dans ce contexte particulier, le partage des réflexions stratégiques ente tous les acteurs du monde de la défense – décideurs politiques, chefs opérationnels et acteurs industriels – est particulièrement nécessaire. Il contribue, n'en doutons pas, à t'élaboration d'une vision équilibrée, en phase avec les défis sécuritaires et technologiques d'aujourd' hui et de demain.
 
C'est cette conviction qui doit nous animer collectivement pour aborder cette 15ème édition de l'Université d’été de la Défense. Le durcissement du contexte sécuritaire n'appelle finalement qu'une réaction de notre part : la détermination.
 
« Je continuerai ! ». Telle est la devise du régiment d'un de nos soldats, tombé au Mali, au mois d'avril dernier. Telle doit être notre résolution. Faire en sorte que notre pays tienne la garde haute. Faire en sorte d'assurer la protection de la France et des Français avec le même niveau d'exigence. Faire en sorte d'intégrer la technologie de demain à notre outil de défense, pour être dans le bon tempo.
 
Il s'agit, avant tout, d'une question de responsabilité ! Au regard de la situation économique et budgétaire du pays, l’effort à consentir est conséquent. Pour autant, le Président de la République, au regard de la situation sécuritaire, a décidé d'en assumer l'exigence devant la
Nation.
 
Cette détermination est la manifestation de l’esprit de défense qui nous anime collectivement.
Parce qu'il est « le premier fondement de la sécurité nationale » », il nous faut communiquer. Cette idée doit guider nos débats et orienter nos travaux, pour la construction d'une paix d'avance.